Le samedi 19 août 2017

La ville de Gatineau

La ville de Gatineau a été créée le 1er janvier 2002 par le Gouvernement du Québec. Elle est le fruit de la fusion de la Communauté urbaine de l’Outaouais et des villes Aylmer, Hull, Gatineau, Masson-Angers et Buckingham.

 

Située à l’extrémité sud-ouest du Québec, à la confluence des rivières Gatineau et des Outaouais, la nouvelle ville de Gatineau fait partie de la région de la Capitale fédérale du Canada, quatrième plus grande agglomération urbaine du Canada.

 

Elle a une superficie de 339,37 km2 et ses limites administratives sont : à l’ouest, la municipalité de Pontiac, au nord, les municipalités de Chelsea, Cantley, Val-des-Monts et L’Ange-Gardien, à l’est, la municipalité de Lochaber (partie ouest) et au sud, la ville d’Ottawa.

 

Profil socio-économique

 

La ville de Gatineau est née le 1er janvier 2002 à la suite de la fusion des villes suivantes :  Aylmer, Buckingham, Hull, Gatineau et Masson-Angers.  L’étendue totale de Gatineau est de 348,5 km2 et près de 47 km séparent l’extrémité est de l’extrémité ouest de la ville.

 

 

Gatineau, 4e ville en importance au Québec!

 

La ville de Gatineau, dont la population atteint près de 261 000 habitants, joue le rôle de pôle au sein d'une région d'appartenance qui comprend quatre municipalités régionales de comté (MRC): de la Vallée-de-la-Gatineau, des Collines-de-l'Outaouais, de Papineau et du Pontiac.

En 2007, l'Outaouais présentait une population de près de 350 000 habitants. La ville de Gatineau compte pour 71% de la population totale de la région. Selon Statistique Canada, la population de la ville de Gatineau a augmenté de 36% entre 1986 et 2001 et de 6,8% entre 2001 et 2006.

L'Outaouais est la troisième région du Québec à avoir connu, entre 1997 et 2006, le plus fort taux d'augmentation de son revenu personnel disponible, passant de 14 820 $ à 21 604 $. Le revenu personnel disponible des Gatinois était légèrement supérieur en 2006, soit 22 185 $. Même si Gatineau se distingue par sa francophonie au sein de la région de la capitale nationale, elle est néanmoins la ville la plus bilingue du Canada avec un taux s'élevant à 63%.